lien vers accueil

AGENDA

Ateliers connectés
28 mars au 13 juin 2019
Ateliers connectés

L’informatique : un vrai jeu d’enfant grâce aux @teliers connectés

> Afficher tout l'agenda

GALERIES

coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
coucou
Sélectionnez une galerie :

St-André, la dynamique renouvelée

Saint-André des Eaux, 6 500 habitants mais plus de distributeur de billets.
Depuis le 16 janvier, le Crédit mutuel a fermé ses portes et a clos l'unique distributeur automatique de billets (Dab). Désormais, à moins de détenir un compte à La Banque postale et de s'y rendre en pleine journée, la seule solution est de prendre sa voiture, direction Guérande ou Saint-Nazaire.
Alors oui, cette fermeture est mal vécue par les Andréanais.
Et les raisons ne manquent pas.
- Tout d'abord parce que cela complique ses courses au quotidien. Au bureau de tabac-presse, la carte bancaire n’est utilisable qu'à partir de 10 € ; exigence nécessaire pour compenser le coût des commissions bancaires. Sans monnaie, délicat également de profiter pleinement du marché, certains commerçants ne prennent pas la carte bancaire.
- L’alternative n'est pas idéale : prendre sa voiture, quand on en a une, pour retirer du liquide, au mieux à plus de 5 km. Ce qui n'est bon ni pour l'environnement ni pour nos commerces de proximité. De nombreuxAndréanais risquent alors d’aller chercher leur baguette ou leur journal ailleurs...
Les récents reportages TV et articles de presse ont montré ce que nous savions déjà : en quittant la commune, le Crédit mutuel vient bouleverser la donne économique de nos commerçants et retirer un service de proximité à nos habitants. Le regroupement avec la caisse de l'Immaculée est un choix dicté en 2016 par des raisons stratégiques mais qui s'est fait, rappelonsle avec les fonds de la caisse locale andréanaise, et pour lequel le Crédit mutuel ne nous pas laissé une miette...
Pour conserver ce fameux Dab.
Nos tentatives de négociations financières avec la banque « qui appartient à ses clients » (vraiment ?), pour garder ce service, ont été vaines et les sollicitations d'autres établissements, pas plus satisfaisantes.
Avec comme réponses : Un Dab n'est plus « rentable » ou « ce n'est pas un service public ». Oubliant quand même que c'est un service au public.
Alors que va t-il se passer maintenant ? Notre équipe ne relâche pas ses efforts. Nous sommes en quête d'une alternative qui permettrait de faciliter la vie des Andréanais au moins jusqu'à l'ouverture de la moyenne surface en projet dont le cahier des charge contient une borne de retrait interne.


Groupe "la dynamique renouvelée"
Mars 2019